Derniers sujets
» TOUR EIFFEL DESSIN
Hier à 22:50 par Admin

» METIER / un attelage de CHEVRE(S)
Jeu 21 Mar - 21:30 par Admin

» METIER / un attelage de Chien....
Mer 20 Mar - 22:48 par Admin

» REPAS DE FAMILLE
Mer 20 Mar - 21:57 par Admin

» LA VILLE DE PARIS 2
Mer 20 Mar - 21:41 par Admin

»  Les ouvrières blanchisseuses
Mer 20 Mar - 21:36 par Admin

» LA VILLE DE PARIS 1
Mar 19 Mar - 0:24 par Admin

» Pourquoi la tour Eiffel a failli ne jamais exister ?
Lun 18 Mar - 23:00 par Admin

» DES MAISONS ANCIENNES
Lun 18 Mar - 19:44 par Admin


L'ouvreuse de cinéma

Aller en bas

L'ouvreuse de cinéma

Message par Admin le Jeu 27 Déc - 19:18


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=206769003603678&set=gm.279260469447692&type=3&theater&ifg=1

...............................................................................................................................................................................................................................................

J'ai connu le temps des ouvreuses de cinéma. Celles qui déchiraient le billet à l'entrée, parfois même vous plaçait comme au théâtre si vous arriviez en retard à l'aide de leur petite lampe de poche. En ce temps-là, il y avait une première partie avec un court-métrage, puis les "actualités". Ensuite, l'entracte pendant lequel on visionnait des publicités. Certaines vous incitaient à aller vivement auprès d'une ouvreuse ou à l'intepeller pour qu'elle vienne près de votre place. Munie d'une corbeille rectangulaire en osier suspendue à son cou, elle vendait les fameux bonbons Krem*, les caramels Dupont d'Isign*, les esquimaux Gerva**, etc... Enfin venait le film. L'obscurité se rétablissait et l'ouvreuse disparaissait...

Edward Hopper - New York Movie - 1939


Celle de Hopper, dans sa tenue bleue électrique, semble attendre le client - rare - qui va descendre dans la salle obscure. La première partie est déjà commencée...

Admin
Admin
Admin

Messages : 1080

Voir le profil de l'utilisateur http://vieux-metiers-outils.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ouvreuse de cinéma

Message par Admin le Jeu 27 Déc - 19:23

« L’ouvreuse » par Jean Iglesis



Antan, j’ai eu l’heur et le bonheur de connaître et de fréquenter les salles de cinéma de Perpignan.
Hier, ces salles avaient pour nom le Rex, le Branly, le Capitole, le Familia, le Nouveau-Théâtre, le Paris et le Perpignan (les Deux Salles), le Français, le Rive Gauche, le Centre-Ville et – seul survivant de cette ère à jamais disparue – le Castillet…



En ces temps antédiluviens, en cette époque aujourd’hui devenue obsolète, le cinéma représentait un espace et un moment de rencontre et de rassemblement privilégiés…Bien avant que les dictionnaires de la langue française aient été exercés ou rompus à intégrer les mots de convivialité, de socialité ou encore de sociabilité… bien avant tout ce verbiage, le vivre-semble existait à Perpignan, et ce grâce au cinéma.

Toutes les salles de cinéma employaient des ouvreuses : femmes rémunérées pour certaines, non rémunérées pour d’autres, lesquelles recevaient – bon gré, mal gré, pour contribution à leur service – les maigres pourboires que leur accordaient les spectateurs.

L’ouvreuse – un travail qui ne constituait qu’un appoint pour bon nombre d’entre elles- gagnait encore quelque menue-monnaie, grâce à la modeste marge pécuniaire que lui procurait la vente de glaces, de cacahuètes, de chocolats ou de boissons non alcoolisées, articles alimentaire qu’elle proposait à l’entracte dans un panier d’osier quadrangulaire, pendu autour de son cou et appuyé sur son buste, un panier d’osier dénommé « l’éventaire ».

L’ouvreuse demeure – dans mes souvenirs – le symbole et le témoin d’un jadis révolu, mais ô combien marquant…

Vestale de la salle obscure, l’ouvreuse ne présentait pas d’inventaire, mais proposait son éventaire…

L’ouvreuse n’a jamais eu de nom…elle n’en a pas… elle n’en aura sans nul doute jamais…

Sa silhouette, son ombre, son passage me renvoient à un temps béni, à un autre temps, qui ressuscite dans les effluves du parfum de la nostalgie…un temps éthéré sur lequel je me hasarde à mettre un nom avec pudeur, dans l’intimité et dans le recueillement,: ce nom – écrit à l’encre indélébile sur une porte que l’on rouvre – ce nom est celui de l’enfance…

L’ouvreuse

Un soir que je passais devant un vieux cinoche,
Sentant avoir manqué le coche,
De ma mémoire emplie ainsi qu’un vide-poche,
Surgit, un sourire en galoche,
L’ouvreuse à la lampe de poche.

Face à l’écran peuplé de héros, de fantoches,
Sans ambition et sans reproche,
Discrète, elle plaçait dans les rangs de caboches
Les grands-pères et les mioches,
L’ouvreuse à la lampe de poche.

Lorsque retentissait à l’entracte, la cloche,
Mon cœur cuisait au tournebroche
De connaître l’instant si fatidique et proche
Où, au vestiaire, l’on raccroche
L’ouvreuse à la lampe de poche.

Qu’elle eût pour nom Scarlett, Cléopâtre ou Folcoche,
Qu’elle fût blonde, amène ou moche,
Son faisceau en milliers d’images s’effiloche
Et j’en prends comme une taloche,
L’ouvreuse à la lampe de poche.

Parfois, dans les allées sombres du Rive Gauche,
Une déesse qui décoche
Des souvenirs d’un arc tout abîmé d’encoches
Parle à mon âme de gavroche,
L’ouvreuse à la lampe de poche.

Jean Iglesis

http://www.le-journal-catalan.com/louvreuse-par-jean-iglesis/12020
Admin
Admin
Admin

Messages : 1080

Voir le profil de l'utilisateur http://vieux-metiers-outils.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ouvreuse de cinéma

Message par Admin le Jeu 27 Déc - 19:50



Admin
Admin
Admin

Messages : 1080

Voir le profil de l'utilisateur http://vieux-metiers-outils.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ouvreuse de cinéma

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum